MON AGEND'ART* :1st backbone network of arts, E-culture Store
Inscription
-->



MA'A* Éditeur d'Innovation Culturelle 2019 ericdemonagendart@gmail.com
✩ Pour plus d'informations sur un article, cliquez sur les images qui l'accompagnent ✩
Afro vert ✩ Diptyque ✩ Photographies ✩ 2018 ✩ Galerie Laure Roynette & Karine Bonneval©
...est la nouvelle destination des découvreurs défendant le meilleur de
l’Art, de l’Architecture et du Design pour réinventer votre style de vie contemporaine
À L'ÉCOUTE DE LA NATURE ✩ #KarineBonneval
LA FABRIQUE DU VIVANT ✩ #CentrePompidou
LA DOUCEUR DU FOYER ✩ #SchulzSchomburgk

Une carte blanche & quelques adresses pour imaginer de nouvelles utopies.

Écoute des écorces sous les mains ✩ 2017 ✩ Ateliers son ✩ Karine Bonneval©

Transformer la vie
À L'ÉCOUTE DE LA NATURE #France
Karine Bonneval

Éric de MA'A* : Qu'est-ce qui vous a poussé à intégrer le vivant dans votre processus de création ?

Karine Bonneval : L'an 2000, je suis entrée pour la première fois dans une forêt primaire, c’était en Guyane. J’ai alors eu la sensation de rentrer dans un tout vivant. J’avais toujours eu un intérêt pour les jardins, les serres, mais ma recherche artistique ne portait pas directement là-dessus.

Après cette expérience, j’ai lu pas mal d’ouvrages sur l’histoire de l’importation de plantes dites exotiques, puis « Les Lances du Crépuscule » de Philippe Descola. C’est ainsi qu’il m’a paru important de parler, au travers de mes pièces du vivant végétal, de notre rapport à ces êtres complexes mais souvent rabaissés au rang d’objets. J’ai ensuite rencontré la philosophe canadienne Karen Houle, et nos discussions ont transformé ma manière de voir les végétaux.

Écouter la terre ✩ 2017 ✩ Photo. Karine Bonneval©
Community coalescence ✩ Image au microscope confocal réalisée avec le soutien de la Diagonale Paris-Saclay ✩ 2017 ✩ Karine Bonneval©

Éric : Vous travaillez en équipe avec différents interlocuteurs en Art & Science. Quels sont les obstacles auxquels vous avez été confrontée pour décloisonner votre territoire de recherche ?

Karine : Et bien aucun ! En effet, à partir du moment où les scientifiques et les centres d’Art deviennent partenaires dans un projet, cela naît d’une envie de collaborer. La démarche scientifique qui fonctionne par série de questions et de tests est aussi assez proche de la création artistique.

Constellations ✩ Dôme géodésique avec boites de Petri ✩ Culture de micro-organismes du corps humains et de végétaux à Sri Lanka ✩ Photo. Cinnamon Colomboscope©

Enfant et cèdre ✩ Carton d'invitation ✩ Exposition « L’âme des écorces » ✩ 2018 ✩ Galerie Louise Michel,  Poitiers ✩ Karine Bonneval©

Éric de MA'A* : Pouvez-vous nous parler de votre dernière actualité et de vos projets futurs ?

Karine Bonneval : L’année 2018 a été assez dense en terme d’expositions. Écouter la Terre — l'installation de céramiques sonores réalisée avec la bio-acousticienne Fanny Rybak, — a été beaucoup montrée, notamment dans une exposition personnelle au musée botanique de Berlin. En ce moment, je travaille autour du mouvement des plantes, en collaboration avec une nouvelle équipe de scientifiques : PIAF INRA de Clermont-Ferrand.


Les premières pièces seront montrées à Gr_und, galerie berlinoise. Je prépare également une performance culinaire autour du thème « Manger la terre » pour Cahors-juin-jardin, en collaboration avec un chef et une ethnobotaniste. Aussi, mes travaux autour de la respiration des arbres partiront à Riga puis à Bourges. Enfin, je terminerai l’année par une résidence à Cornell, en collaboration avec des spécialistes des sols et de la bioacoustique.

Umarmen ✩ Embrasser les arbres urbains en toute intimité ✩ 2017 ✩ Cahors-Juin-Jardins ✩ Karine Bonneval©

Atelier d’écoute des mains posées sur les écorces des arbres ✩ 2018 ✩ Jardin botanique de Berlin ✩ Karine Bonneval©

Les scientifiques partenaires des projets : Claire Damesin, ecophysiologiste ✩ Ludwig Jardillier, microbiologiste ✩ Fanny Rybak, bio-acousticienne ✩ Eric Badel & Bruno Moulia, ecophysiologistes ✩ Matthias Rillig, spécialiste des fungi et des sols...

« Écouter la Terre » a été produit grâce au soutien de la Diagonale Paris-Saclay, de la DRAC Centre-Val de Loire, du centre d’Art Micro-Onde | « Dendromité et Constellations » sont réalisés grâce au soutien de la Diagonale Paris-Saclay.

Dendromité Berlin ✩ 19 arbres remarquables à écouter dans une pièce sonore ✩ 2015 ✩ Réalisée grâce au soutien de la Mire et de la région Centre-Val de Loire Karine Bonneval©
Écouter la terre, en collaboration avec Fanny Rybak ✩ Installation de 12 céramiques sonorisées sur lit de terre ✩ 2017 ✩ Exposition « Comme un frisson assoupi » ✩ Centre d’art Micro-Onde, Vélizy-Villacoublay ✩ Photo. Joël Prince©

MON AGEND'ART*
Art avant toute chose

Vous voulez annoncer un évènement artistique, faire entendre votre voix et augmenter votre visibilité ? MON AGEND'ART* vous propose une solution simple et gratuite ! À la fois Réseau Artistique et Plateforme de Vente, MON AGEND'ART* est une start-up high-tech composée par des ingénieurs et des créatifs réunis pour concevoir un réseau social artistique libre d'accès.

Avec une nouvelle mise à jour, l'application MON AGEND'ART* a bénéficié d'un nouveau système de Stores personnalisable. Découvrez l'univers d'artistes prestigieux, vendez et Commandez des œuvres en ligne, achetez et Collectionnez des Créations fabuleuses, partagez vos Wishlists personnelles et Discutez l’Actualité de l’Art contemporain, tout sur MA'A* !


Téléchargez l'application Réseau Social MA'A* sur App Store | Google Play 
Ou inscrivez-vous directement sur le
site officiel | Page Facebook

Mycelium ✩ Eric Klarenbeek©

Bioréceptivité
LA FABRIQUE DU VIVANT #FRANCE
Centre Pompidou

Venus Crystal Chair ✩ Tokujin Yoshioka©

L’exposition « La Fabrique du vivant » retrace une archéologie du vivant et de la vie artificielle dans la création artistique tout en présentant les créations et les innovations les plus significatives dans le champ de l’Art, du design, de l’architecture et de la musique à travers les œuvres d’une cinquantaine de créateurs. Son matériau même est évolutif, certaines œuvres étant impliquées dans un processus de croissance ou de dégénérescence.


Une centaine de projets sont exposés dont nombre d'entre eux sont spécialement conçus pour l’occasion. Cette exposition s'intéresse à la notion de « vivant » qui traverse aujourd’hui le champ physique de la matière et le domaine immatériel du numérique. Ici, les jeunes créateurs exposés s'interrogent sur la bio-programmation, les nouvelles technologies et leurs incidences.

Bio-ID ✩ Hydrogel d'algues extrudé robotiquement ✩ M. Cruz, B. Parker & S. Malik©
Mutations ✩ Erika Verz©

+d'infos : Centre Pompidou Jusqu'au 15 avril 2019 
Coproduction : IRCAM/Musée national d’art moderne
Texte original : Centre Pompidou

H.O.R.T.U.S. XL ✩ Sculpture bio-digitale ✩ Astaxanthin.g©
Ma ville ✩ Erik Schulz-Schomburgk©

La maison n'est pas un espace, c'est un sentiment
DOUCEUR DU FOYER #CANADA
Erik Schulz-Schomburgk

 


« Au Venezuela, j'ai vu le chaos d'une favela. En Europe et en Amérique du Nord, je l'ai vu aussi : dans les quartiers urbanisés où toutes les maisons, rangées à l'infini, se ressemblent. Finalement, nous partageons tous un mur, un toit ou une façade. ​»


Éric de MA'A* : À quel moment de votre vie la maison est devenue, je vous cite, non pas un espace mais un sentiment ?

Erik Schulz-Schomburgk : Lorsque vous quittez votre maison, votre pays, vos amis, votre famille, vous ne pouvez emporter que très peu d'objets matériels. D'autre part, des souvenirs, des expériences et des sentiments peuvent vous accompagner où que vous alliez. J'ai vécu dans plusieurs pays et dans de nombreuses maisons au Mexique, en Espagne, en France, et à Montréal. Je sais très bien que la meilleure façon d’aller de l’avant est d'avoir ta maison dans ton cœur. Un jour il y a 16 ans, le 24 janvier, j'ai quitté mon chez-moi. Le Venezuela a vécu et continue de vivre une situation insoutenable. Beaucoup comme moi n'avaient pas d'autre choix que de partir. Il serait donc complètement insupportable de penser que ma maison est limitée à un espace. C'est le sentiment, celui qui fait la maison où je vis, avec les gens que j'aime, où je continue à créer des expériences et des souvenirs, voici mon chez-moi. Dans ma peinture, je le ressens, mes petites maisons racontent mon histoire, d'où je viens et où je vais. J'aimerais que les gens, qui décorent leur maison avec, perçoivent aussi le sentiment de chez-soi, aussi au-delà de l'espace.



Éric : Comment définiriez-vous ce sentiment plus concrètement ? Est-ce une impression de chaleur, de quiétude, ou d'épanouissement ?

Erik : C'est un sentiment de gratitude. Je suis reconnaissant d'avoir pu découvrir la peinture, d'avoir reconnu mes faiblesses.
Je peux continuer à m'améliorer chaque jour grâce à cet Art. Je ressens du plaisir à faire ce que je fais, à ne pas craindre le changement, parce que, finalement, «la seule chose constante est le changement».

Je suis œnologue de profession, donc je fais toujours référence aux arômes. Ma maison sent les fleurs. Les arômes floraux nous rappellent des sentiments comme l'amour. Ça sent l'amour pour moi. Je mets de l'huile de citron dans mes peintures, parce que ma ville natale s'appelle « Le Citron ». Les arômes fruités nous rappellent la famille. Je continue à explorer, peut-être le prochain arôme sera-t-il floral ou avec une touche d’épices exotiques. J'aime pouvoir donner une perception au-delà du visuel et raconter une histoire de vie avec mes peintures.
Montréal ✩ Erik Schulz-Schomburgk©
Les Toits Rouges ✩ Erik Schulz-Schomburgk©

Éric: Je pense aussi que l'odorat est un des sens les plus forts et que les odeurs nous permettent de transgresser l'espace et la mémoire plus efficacement. Enfin, quel est votre souvenir du Venezuela le plus marquant ?

Erik : Nous gardons les odeurs et les émotions dans le même lieu de la mémoire, c’est pourquoi il est normal qu’une odeur nous rende nostalgique, comme la madeleine de Proust. Aussi, pour nous sentir heureux, nous pensons, par exemple, à la pluie quand nous étions petits, comment on sortait jouer dans le jardin. Si je pense au Venezuela, deux odeurs me reviennent : l'essence brûlée qui me rappelle le chaos et, d'autre part, la jungle tropicale, qui me rappelle son immense beauté. Je réfléchis à ce qui se passe actuellement dans mon pays et je comprends pourquoi j'évoque ces odeurs. Quand j'ai commencé à peindre, on m'a dit que j'avais un style caribéen, qu’on pouvait savoir d’où je venais en regardant mes travaux. Je n'ai pourtant pas cherché de style, il était juste là, plein de lumière et de couleurs. Mes souvenirs, mes sentiments et mes expériences ont fait l'artiste que je suis. L'Art c'est la vie et ça sent très bon.


« Chaque émigrant ressent le besoin d'emmener le foyer qu'il a quitté pour trouver un meilleur avenir. »


BIO-ART...

Alba ✩ Lapin devenu fluorescent par adjonction
d'un gène de méduse ✩ Eduardo Kac©
ADN Designer ✩ Ligne de vêtements fabriquée à partir de peau humaine cultivée au laboratoire ✩ Tina Gorjanc©
Sculptures sous-marines au pH-neutres submergées sous l'océan ✩ Jason deCaires Taylor©
Amphibio ✩ Une branchie pour survivre après l'élévation du niveau de la mer ✩ Jun Kamei© ✩ Photo. Jukan Tateisi©
Respiration Adaptive ✩ C. Madrigal, A.Dorn, M. Caprani & A. Terreno©
Aucun regret pour ce que tu n'as pas été, Sois le fantôme que tu veux voir dans la machine ✩ Amsterdam UMC© & Ani Liu©
Circulation(s) : Festival de la jeune photographie européenne©
Voyage de P'eng dans les Ténèbres du Sud Ting Tong Chang© Photo. Giulietta Verdon-Roe©
Post-amour numérique Oan Kim & M.Y.O.P©
Sculptures bio-numériques ✩ Centre Pompidou ✩ NAARO©
Merci de votre intérêt !
Pour plus de découvertes, rendez-vous sur notre site :
monagendart.com

Nous remercions également les contributeurs volontaires
qui ont coopéré à la création de ce web-magazine.